Retour


21/01/2018
Benoist Grossmann, Managing Partner d'Idinvest, s'exprime au sujet de l'impôt sur la fortune
Meetic, Criteo, Talend, Deezer : ces start-up à succès françaises ont un point commun : elles ont bénéficié au début de leur existence d'une niche fiscale, qui leur a permis de se mettre en route. Cette carotte fiscale permettait jusqu'à l'an passé aux particuliers assujettis à l'impôt sur la fortune (ISF) de défiscaliser jusqu'à 45,000 euros, pour un investissement de 90,000 euros par an dans l'économie. «C'est un milliard d'euros d'investissement dans les PME par an qui disparaît», se désole Benoist Grossmann, vice-président de l'Association française des investisseurs pour la croissance (AFIC) et dirigeant d'Idinvest.




X

X

X